• Guillaume Vallée / Le bulbe tragique (2016) - numérisation 16mm

Auteur : André

Jusqu’au 26 février 2022 : Juliette Lusven – Visionstransatlantiques

L’artiste et doctorante Juliette Lusven présente l’exposition Visionstransatlantiques dans le cadre de son projet doctoral Exploration.135 à la galerie Elektra au complexe de Gaspé à Montréal jusqu’au 26 février.

La galerie est ouverte du jeudi au samedi de midi à 17h. 

« S’inspirant d’archives bathymétriques liées à la pose du premier câble télégraphique transatlantique, Juliette Lusven explore notre rapport au monde et à l’interconnectivité technologique à partir de l’actuelle infrastructure sous-marine d’Internet. Évoquée comme l’épine dorsale de notre connectivité, puisque la quasi-totalité de nos échanges numériques transite à travers ce vaste réseau de câbles en fibre optique installé au fond des océans, cette infrastructure en semble tout autant imperceptible, faisant aussi référence à un environnement sous-marin souvent inaccessible et toujours en cours de cartographie. Réalisée dans le contexte du projet doctoral de recherche-création Exploration.135, cette exposition interroge ce phénomène d’invisibilité et cette circulation à partir de l’océan Atlantique et du Web, en articulant différentes matérialités et rapports d’échelles dans la mise en oeuvre d’un corpus installatif. Les trajets des câbles deviennent une trame d’exploration geoperceptive et informatique de notre hyperconnectivité, mettant en interaction les flux, la visualisation de données, la topographie sous-marine et l’imagerie satellitaire avec des captations au microscope de résidus technologiques, de sédiments et de microfossiles provenant des fonds océaniques »

11 février 2022 : Soutenance de thèse de Thierry Guibert


Date : 11 février 2022

Heure : 9h00 (heure de Montréal)


Local : Visioconférence (Zoom)
Lien Zoom Code secret : 401948


Titre de la thèse :
Cinémachinations : trois explorations plastiques du cinéma à travers le numérique

Direction de la recherche :

  • Madame Louise Poissant
  • Monsieur Louis-Claude Paquin

Jury d’évaluation :

  • Madame Louise Poissant, professeure associée à l’École des arts visuels et médiatiques de l’Université du Québec à Montréal
  • Monsieur Louis-Claude Paquin, professeur à l’École des médias de l’Université du Québec à Montréal
  • Monsieur Pierre Gosselin, professeur associé à l’École des arts visuels et médiatiques de l’Université du Québec à Montréal
  • Monsieur Serge Cardinal, professeur au Département d’histoire de l’art et d’études cinématographiques de l’Université de Montréal
  • Monsieur Michaël La Chance, professeur au Département des arts et lettres de l’Université du Québec à Chicoutimi

Président du jury :

  • Monsieur Pierre Gosselin

Avis de soutenance

Le temps comme acteur et personnage dans les processus de création

Séminaire thématique,
Doctorat en études et pratiques des arts

Professeur
Nicolas Reeves

Sigle
EPA901T

Session
Automne 2021

Description du séminaire
L’émergence récente des arts génératifs, algorithmiques et évolutifs, ainsi que celle des bio-arts et de la vie artificielle, induites par la disponibilité de technologies informatiques puissantes et accessibles, a introduit dans la création artistique une dimension temporelle majeure. En plus de faire du temps un acteur essentiel du processus de création, elle remet à l’avant-plan les questions sur la pluralité du concept de temps, sur la multiplicité des définitions qui en ont été tentées, et même sur sa nécessité, contestée à plusieurs reprises au cours de l’histoire. Or, les conséquences des différents concepts de temps sur le déterminisme, l’éthique personnelle et collective, la conduite des affaires humaines, sont fondamentales, et vont jusqu’à ébranler nos certitudes sur d’autres notions essentielles telles que la vérité, le hasard, le libre-arbitre.

Toutes les disciplines artistiques mentionnées ci-dessus doivent leur existence à une série de développements scientifiques dont on peut retracer la genèse au début des années soixante (Mandelbrot, Conway…), et, au niveau théorique, jusqu’au tournant du 19e siècle (Poincaré, Cantor…). Depuis les années 80, les conséquences de ces travaux ont radicalement transformé notre rapport à l’ordinateur et à la technique en général. Elles ont fait de cet appareil, auparavant considéré comme un esclave servile de l’homme, un instrument d’exploration pour des territoires inconnus aux dimensions colossales, dont il a lui-même permis l’ouverture, et dont on est encore loin de distinguer les limites. Des créateurs de toutes les disciplines et de tous les domaines ont très vite pris conscience de son potentiel – et ce d’autant plus que, par un effet de retour, ce nouveau paradigme technologique a entraîné un requestionnement de plusieurs concepts centraux pour l’histoire de l’art, et pour la culture en général. Le temps n’y échappe pas : la temporalité singulière des processus informatiques définit en elle-même une vaste problématique de recherche, ne serait-ce que par la possibilité qu’elle offre de ralentir ou d’accélérer l’écoulement du temps, voire de l’annihiler ou de le renverser; ou encore, par les étonnantes similitudes qu’elle présente avec celle des processus biologiques, par lesquelles s’observent des convergences marquées entre l’évolution des technologies informatiques et celle de nos connaissances sur le vivant.

Partant de ces constats, le cours sera organisé autour d’une thématique centrale, à savoir de quelle façon le concept de temps implicitement adopté par un artiste influence le développement de son œuvre, ainsi que sa mise en culture à une époque donnée. Le volet théorique du cours sera composé d’une série de séminaires débutant par une introduction aux différents concepts de temps. Ensuite seront explorées, suite aux lectures suggérées, les relations entre ces différents concepts et la création artistique, selon un parcours globalement chronologique qui en montrera l’évolution à partir de ses principaux jalons historiques et culturels. Les derniers séminaires porteront sur les conclusions les plus récentes de la science contemporaine, en particulier sur l’articulation entre espace et temps dans les théories quantique et relativistes, et sur la façon dont, malgré leur abstraction et leur complexité, elles sont appréhendées et exploitées par la communauté artistique.

Repères bibliographiques

Il existe peu de philosophes ou de scientifiques qui ne se soient intéressés à la question du temps, et des choix doivent être effectués dans le gigantesque corpus d’oeuvres traitant de ce sujet. Les lectures suggérées aux étudiant/e/s seront extraites des ouvrages énumérés ci-dessous, dont la liste constitue une première bibliographie pour le cours. D’autres ouvrages ou textes plus spécifiques seront proposés dans le cadre de chacun des projets-étapes.

A – PHILOSOPHIE

Aristote – Physique, Flammarion (Paris) 1999.

Augustin d’Hippone (Saint-Augustin), Confessions, Flammarion (Paris) 1993

Bachelard G – L’intuition de l’instant, Le Livre de Poche (Paris) 1994

Bachelard G – Dialectique de la durée, Presses Universitaires de France (Paris) 2013

Bergson H – L’évolution créatrice, Presses Universitaires de France (Paris) 2013

Bergson H – Matière et mémoire, Flammarion (Paris) 2012

Dastur F – Heidegger et la question du temps, Presses Universitaires de France (Paris) 1990

Elias N – Du Temps, Fayard (Paris) 1997

Husserl E – Leçons pour une phénoménologie de la conscience intime du temps, Presses Universitaires de France (Paris) 1996

Guitton J – Temps et éternité chez Plotin et Saint-Augustin, Vrin (Paris) 2004

Kant E – Critique de la raison pure, Flammarion (Paris) 2006

Malrieu P – Les Origines de la conscience du temps, Presses Universitaires de France (Paris) 1953

McTaggart J E – The Unreality of Time, in Mind, Vol. 17, No 108, Oxford University Press (Londres) 10/1908

Piaget J – Le développement de la notion de temps chez l’enfant, Presses Universitaires de France (Paris) 1946

Plotin – 2e et 3e Ennéades, Belles Lettres (Coll. Classiques en Poche) 1999

Pomian K – L’ordre du temps, Gallimard (Paris) 1984

Russell B – Human Knowledge, its scopes and limits, Allen & Ulwin (Londres) 1948

Russell B – Is Position in Time and Space Absolute or Relative?, in Mind, Vol. 10, No 39, Oxford University Press (Londres) 07/1901

B – SCIENCE ET VULGARISATION SCIENTIFIQUE

Atkins P W – Chaleur et désordre – Le Second Principe de la thermodynamique, Belin / Pour la science (1987) Paris

Belford M, Herman J – Time and Space Concepts in Art, Pleiades Gallery (New York) 1980

Berthelot R – Pensée de l’Asie et de l’astrobiologie (sur la naissance du calendrier), Payot (Paris) 1938

Ekeland I – Le calcul, l’imprévu : les figures du temps de Kepler à Thom, Points Sciences (Paris) 1987

Feynman R – La nature des lois physiques, Laffont (Paris) 1970

Gleick J – La théorie du chaos, Flammarion (Paris) 2008

Hawking S – Une brève histoire du temps : du Big Bang aux trous noirs, J’ai lu (Paris) 2007

Laplace P S, Exposition du système du monde (éd. de 1796), Hachette / BnF (Paris) 2016

Minkowski H (avec Einstein, Sommerfeld, Lorenz et Weyl) – The Principle of Relativity, Dover (New York), 1952

Prigogine I et Stengers I – Entre le temps et l’éternité, Flammarion (Paris) 2009

Rovelli C – L’ordre du temps, Flammarion (Paris) 2018

Susskind S et Friedman A – Relativité restreinte et théorie classique des champs : le minimum théorique, Presses Polytechniques et Universitaires Romandes (Lausanne) 2018

C – ART ET ÉTUDES DES ARTS

Anker S, Nelkin D – The Molecular Gaze, Cold Spring Harbor Laboratory Press (2004)

Barbaras R – L’espace et le mouvement vivant, in Alter, Revue de phénoménologie, n° 4 – «Espace et Imagination (Rouen) 1996

Barasch M – The Language of Art : Studies in Interpretation, New York University Press (New York & Londres) 1997

Baudson M ( dir.) – L’Art et le temps : regards sur la quatrième dimension, Albin Michel (Paris) 1985

Berry I (ed.) – Picturing the Genetic Revolution Saratoga, New York: The Tang Teaching Museum and Art Gallery, 2001

Courthion P – La notion de temps dans la peinture moderne (rôle de la durée et de l’instant), in Art Studies for an editor : 25 essays in memory of Milton S. Fox, Harry S. Abrams (New York) 1975

Dreher D – History of Computer Art (en particulier Chap. IV.3: Evolutionary Art), livre en ligne, dans la série Lessons in NetArt, IASL online (http://iasl.uni-muenchen.de/links/GCA_Indexe.html) 2011

Deleuze G – Cinéma. 1 : L’image-mouvement, Minuit (Paris) 1983

Deleuze G – Cinéma. 2 : L’Image-temps, Minuit (Paris) 1985

Gessert G – Notes on Genetic Arts, in Leonardo, Vo; 26, No3, MIT Press (Cambridge) 1993

Gombrich E – Moment and Movement in Art, in The Image and the Eye. Further studies in the psychology of pictorial representation (Oxford) 1982

Kubler G – Formes du temps. Remarques sur l’histoire des choses, Champ Libre (Paris) 1973

Patocka J – L’art et le temps, Paris, P.O.L. (Paris) 1990

Ricoeur P – La Mémoire, l’Histoire, l’oubli, Seuil (Paris) 2003

Rodin A – L’Art, entretiens réunis par Paul Gsell, Mermod (Lausanne), 1946

Small J P – Time in Space : Narrative in Classical Art, in Bulletin of the College Art Association (New York) 12/1999

Todd S, Latham W – Evolutionary Arts and Computers, Stephen Todd and William Latham, Academic Press, 1992

Souriau P – L’esthétique du mouvement, University of Michigan Press (Ann Arbor, USA) 1889

Weinrich H – Le Temps : le récit et le commentaire, Seuil (Paris) 1973

Weinrich H – Lethé : Art et critique de l’oubli, Fayard (Paris) 1999

Wilson S – Information Arts : Intersections of Arts, Science and Technology, MIT Press (Cambridge) 2001

Wittkower R – Chance, Time and Virtue, in Journal of the Warburg and Courtauld Institute, Vol. 1, No 4, (1938) Londres

En termes de précédents, la principale source de référence pour les arts évolutifs, génératifs et algorithmiques est la bibliographie en ligne très complète EVO ART qui recense les oeuvres, articles et conférences liées à ces pratiques depuis 1992.

La pensée complexe : une transposition au domaine des arts

Séminaire thématique,
Doctorat en études et pratiques des arts

Professeur
Sylvie Genest

Sigle
EPA901U-10

Session
Hiver 2022

Description du séminaire
Ce séminaire a pour thème la pensée complexe, ses fondements, ses principes, ses instruments et ses méthodes dans la perspective d’une transposition aux processus de l’art dans ses différentes dimensions (création, étude, intervention). En tant que modalité d’appréhension du monde, la pensée complexe (aussi connue sous l’appellation de systémique) a initialement été développée dans les années 1950 et 1960 par les chercheurs de l’École de Palo Alto aux États-Unis (Gregory Bateson, Paul Watzlawick et d’autres) et du Groupe des dix en France (Jacques Attali, Joël De Rosnay, Henri Laborit, Edgar Morin, Michel Serres et d’autres). Aujourd’hui, la pensée complexe est reconnue pour sa fécondité dans le cadre de plusieurs domaines de recherche et d’innovation, notamment en sciences humaines, en sciences des communications, en environnement et développement durable et en gestion des organisations. Ce séminaire propose une initiation à la pensée complexe à travers plusieurs textes fondateurs de cette approche. Les participant.e.s seront invités à comparer cette approche à d’autres pour mieux en cerner les caractéristiques fondamentales et à faire des liens entre celle-ci et leurs propres processus de création, de réflexion théorique ou d’intervention dans une perspective mono, pluri, inter ou transdisciplinaire

L’animal : figure, relique, miroir, question

Séminaire thématique,
Doctorat en études et pratiques des arts

Professeure
Viva Paci

Sigle
EPA903K

Session
Automne 2021

Description du séminaire
Dans le cadre de ce séminaire je propose de réfléchir sur notre relation à l’animal par le biais de l’analyse d’un corpus élargi d’œuvres (audio)visuelles (film essai, documentaire, série photographique, installation, performance) où les figures d’animaux sont centrales, et des discours (directs ou non) sur des questions de conservation des espèces qui y sont articulés. C’est par le biais spécifique de l’étude (historiographique et conceptuelle) de la taxidermie (en contexte d’exposition muséale) que nous aborderons la question animale. L’inconfort que l’on peut éprouver devant les reliques animales est justement travaillé dans de nombreuses œuvres. Elles seront mises en dialogue avec les trajectoires de l’exposition de la nature et des animaux dans les musées d’histoire naturelle et avec des images cinématographiques filmées en pleine nature. Les techniques qui siègent à la conservation de l’animal par naturalisation et à son exposition (taxidermie taxonomique, taxidermie moderne, diorama d’habitat), et à la réalisation d’images en mouvement (pancake-Akeley Camera, téléobjectifs, drones, CGI), seront questionnées comme lieux de production de discours. Et à chaque fois mises en perspective historiquement, et avec une approche intermédiale.

Retraçant l’histoire imagée de notre relation aux autres espèces vivantes, par l’observation de pratiques, représentations et discours mis en place pour montrer l’animal non domestique, je proposerai aux etudiant.es du séminaire de se confronter avec un pan des débats contemporains sur les enjeux écologiques, éthiques et philosophiques auxquels nous sommes confrontés tels que l’anthropocène, l’antispécisme et les extinctions des espèces animales. Outre la connaissance d’œuvres (contextes historiques, institutionnels et déterminations techniques) qui fonctionnent sur un régime de monstration spectaculaire de l’animal, ce séminaire permettra donc de mettre en réseaux et relancer ces discours critiques qui se concentrent aujourd’hui sur la figure de l’animal.

Bibliographie et corpus à l’étude (préliminaires)

Agamben, Giorgio, L’aperto. L’uomo e l’animale, Torino, Bollati Boringhieri, 2002. 

Alberti, Samuel, The Afterlives of animals, Charlotteville, University of Virginia Press, 2011. 

Alemani, Cecilia, Anna Fisher Watkins et Mathieu Copeland, Camille Henrot, Paris, Les presses du réel, 2013. 

Alléon, (le Comte), Nouveaux procédés de taxidermie accompagnés de quelques impressions ornithologiques, de photographies des principaux types de la collection de l’auteur à Makri-Keuï, près Constantinople, et de physionomies de rapaces sur nature, Paris, Encyclopédie Robert, 1898. 

Aloi, Giovanni, Speculative Taxidermy. Natural History, Animal Surfaces, and Art in the Anthropocene, New York, Columbia University Press, 2018. 

Baker, Steve, The Postmodern Animal, London, Reaktion Books, 2000.

Benning, James (Natural History, film, 2014) 

Berger, John, About Looking, New York, Pantheon, 1980. 

Blangonnet-Auer, Catherine (dir.), Images documentaires, n. 84, « Animal », décembre 2015. 

Burns, Bill, Comment aider les animaux à s’échapper des habitats dégradés, Montréal, Optica, 1997. 

Busino, Giovanni (dir.), « Animalité et humanité. Autour d’Adolf Portmann » in Revue européenne des sciences sociales, actes du XVe colloque annuel du Groupe d’Étude « Pratiques Sociales et Théories », tome XXXVII, n. 115, 1999. 

Caillois, Roger, Le mimétisme animal, Paris, Hachette, 1963. 

Cattelan, Maurizio (Musicanti di Brema 2013 et Loves saves life 1995, installations) 

Cattelan, Maurizio, Maurizio Cattelan: All, New York, Guggenheim Museum Publications, 2011. 

Chaudhuri, Una et Holly Hughes, Animal Acts. Performing Species Today, Ann Arbor, University of Michigan Press, 2014. 

Cooke, Lynne et PeterWollen (dir.), Visual Display: Culture Beyond Appearances, Seattle, Bay Press, 1995. 

Cubitt, Sean, Finite Media. Environmental Implications of Digital Technologies, Durham London, Duke University Press, 2017. 

Derrida, Jacques, L’animal que donc je suis, Paris, Éditions Galilée, 2006 [1999]. 

Descola, Philippe (dir.), La fabrique des images, visions du monde et formes de la représentation, Paris, Musée du quai Branly/Somogy éditions d’art, 2010. 

Doan, Mary Ann, The Emergence of Cinematic Time: Modernity, Contingency, the Archive, Cambridge, Harvard University Press, 2002. 

Fox, Diana, Lyons Beauvais et Peter J. Baldaia, Connections: Diana Fox, Cullowhee, Huntsville Museum of Art, 2015. 

Fox, Diane (UnNatural History, série photo, 1998-en cours) 

Gallagher, Ann (dir.), Damien Hirst, London, Tate, 2012. 

Gould, Trevor, Zoo de Montréal. Guide illustré des habitats pour animaux de Montréal, Montréal, Optica, 1997. 

Griffiths, Alison, Shivers Down Your Spine: Cinema, Museums, & Immersive View, New York, Columbia University Press, 2008. 

Grossi, Frédéric (dir.), Abraham Poincheval. Palais de Tokyo 03.02 08.05 2017, Paris, Palais de Tokyo/Les presses du réel, 2017. 

Habib, André et Viva Paci, “Photo Browse and Film Browse: Between Images that Move and Images that Remain (in Chris Marker’s Work)”, in Olivier Lugon et Laurent Guido (dir.), Between Still and Moving Images, London, John Libbey, 2012, p. 309-314. 

Haraway, Donna, “Situated Knowledges: The Science Question in Feminism and the Privilege of Partial Perspective”, in Feminist Studies, vol. 14, n. 3, 1988, p. 575-599. 

Haraway, Donna, “Teddy Bear Patriarchy: Taxidermy in the Garden of Eden”, in Primate Vision: Gender, Race, and Nature in the World of Modern Science, New York, Routledge, 1989, p. 26-58. 

Haraway, Donna, Manifeste des espèces compagnes : chiens, humains et autres partenaires, Paris, Climats, 2019 [2003]. 

Henrot, Camille (Grosse fatigue, vidéo, 2013) 

Hirst, Damien (The Physical Impossibility of Death in the Mind of Someone Living, installation, 1992) 

Kara, Selmin, “Anthropocenema: Cinema in the Age of Mass Extinctions”, in Shane Denson et Julia Leyda (dir.), Post-Cinema: Theorizing 21st Century Film, Falmer, Reframe Books, 2016, p. 1-36. 

Kingdon, Jonathan, Ex Africa. Explorations in Art and Science, Trento, Muse, 2015. 

Levinas, Emmanuel, Difficile liberté, Paris, Albin Michel, 1976 [1963]. 

Marinone, Isabelle (dir.), Un monde et son double. Regards sur l’entreprise visuelle des Archives de la Planète (1919-1931), Perpignan, Presses universitaires de Perpignan/Institut Jean Vigo, 2019. 

Marks, Laura, The Skin of the Film: Intercultural Cinema, Embodiment, and the Senses, Durham London, Duke University Press, 2000. 

Mathis, Rémi et Valérie Sueur-Hermel (dir.), Animal, Paris, Bibliothèque nationale de France, 2014. 

Paci, Viva, La machine à voir. À propos de cinéma, attraction, exhibition, Lille, Presses Universitaires du Septentrion, 2012. 

Pinchler, Barbara et Claudia Slanar (dir.), James Benning, New York/Vienna, Columbia University Press/Austrian Film Museum, 2008. 

Pointcheval, Abraham (Dans la peau d’un ours, performance, 2014) 

Portmann, Adolf, La vie et ses formes, Paris, Bordas, 1968. 

Poydebat, Emmanuelle, Atlas de zoologie poétique, Paris, Flammarion, 2018. 

Prévost, Bertrand, « L’élégance animale. Esthétique et zoologie selon Adolf Portmann », in Images Re-vues [En ligne], vol. 6, 2009. 

Rodowick, David, The Virtual Life of Film, Cambridge, Harvard University Press, 2007. 

Rosen, Philip, Change Mummified: Cinema, Historicity, Theory, Minneapolis, University of Minnesota Press, 2001. 

Rothfels, Nigel (dir.), Representing Animals, Bloomington, Indiana University Press, 2002. 

Russell, Catherine, Experimental Ethnography. The Work of Film in the Age of Video, Durham London, Duke University Press, 1999. 

Sartore, Joel, The Photo Ark. One Man’s Quest to Document the World’s Animals, Washington, National Geographic, 2017. 

Simondon, Gilbert, Deux leçons sur l’animal et l’homme, Paris, Ellipses, 2004 [1967]. 

Sloan, Johanne, “The Great Escape”, in Safety Gear for Small Animals. Exhibition catalogue for Bill Burns exhibition, Montreal, Saidye Bronfman Center, 2005. 

Sugimoto, Hiroshi (Dioramas, série photo, 1976-2012) 

Sugimoto, Hiroshi, Dioramas, Bologna, Damiani and Matsumoto Editions, 2014. 

Uhlin, Graig, “The Anthropocene’s Nonindifferent Nature”, in JCMS: Journal of Cinema and Media Studies, vol. 58, n. 2, 2019, p. 157-162. 

Vatnsdal, Mark, Manuel d’animal, Montréal, Optica, 1997.

Art et identités

Séminaire thématique,
Doctorat en études et pratiques des arts

Professeure
Thérèse St-Gelais

Sigle
EPA904D

Session
Automne 2021

Description du séminaire
Depuis quelques décennies, la pratique artistique s’est dirigée non seulement vers une inclusion du sujet dans l’œuvre mais également vers une reconnaissance de ses affirmations voulues multiples, dites mouvantes, voire non spécifiques. De nombreuses disciplines, outre l’histoire et la théorie de l’art, participent à la compréhension de cette inclusion dans l’œuvre. En effet, la sociologie, l’anthropologie, l’ethnographie, pour ne nommer qu’elles seules, s’interrogent sur la nature de l’allusion au sujet artiste dans l’œuvre, de même que sur la manière dont il ou elle se présente.

Ce séminaire portera sur des recherches et problématiques actuelles eu égard à la construction identitaire et à ses enjeux. Il se penchera sur diverses propositions esthétiques qui visent une affirmation ou une contestation identitaire. À partir de textes fondateurs qui ont réfléchi sur la notion d’identité, les normes qui la régissent, et les multiples problématiques qui s’y rattachent (marginalité, altérisation, stratégies autoreprésentatives et autofictionnelles, etc.), à partir également de textes actuels qui proposent de nouvelles analyses, le séminaire tentera de faire un bilan des principales propositions théoriques en cours sur les identités (de nation), politiques, culturelles, sexuelles, de genre ou de désir, etc. De manière générale, l’analyse de textes, fondée sur des œuvres, constituera l’exercice premier du séminaire. Deux ou trois textes, donnés à lire chaque semaine, seront commentés en classe.

Arts et artistes à l’ère de la médiation culturelle

Séminaire thématique,
Doctorat en études et pratiques des arts

Sigle
EPA904M-40

Session
Hiver 2022

Description du séminaire
Ce séminaire s’intéresse au champ de pratiques et de théories circonscrit par le syntagme de médiation culturelle dans la Francophonie. Il convie les étudiants à examiner ses origines, son essor et ses limites en tant que paradigme scientifique et stratégie d’intervention désormais hégémoniques dans le secteur socioculturel. Nous examinerons plus spécifiquement le rôle des artistes, oscillant entre progressisme et conservatisme social, dans cette approche qui place en son cœur l’appropriation par le plus grand nombre des démarches et des langages de création. Dynamique et enjeux au sein des trois dispositifs de médiation culturelle : institutionnel (interprétation), socioartistique (animation) et (para)scolaire (éducation artistique). Approches historiques, sociopolitiques et communicationnelles appliquées aux différents secteurs des arts.

Ekphrasis et fictions d’œuvres : des discours sur l’œuvre à l’œuvre comme discours

Séminaire thématique,
Doctorat en études et pratiques des arts

Professeur
Patrice Loubier

Sigle
EPA902H-30

Session
Hiver 2022

Description du séminaire
« Un livre décrit des œuvres dont l’auteur a eu l’idée, mais qu’il n’a pas réalisées. » C’est à partir de cet énoncé, première phrase d’un livre d’Édouard Levé (Œuvres, Paris, P.O.L., 2002) qui répertorie cinq cent trente-trois de ces idées d’œuvres – que leur auteur n’a pas réalisées mais que l’expression verbale suffit pourtant à faire exister – que veut s’amorcer le présent séminaire.

Il entend proposer une réflexion générale sur le statut, les formes et les fonctions de la description des œuvres et de la description comme œuvre. Le séminaire étudiera donc les problèmes théoriques et pratiques que pose le « rendu », par le linguistique, du visuel et du plastique (voire du sonore, du tactile, du kinesthésique, de l’olfactif… dans le cas d’œuvres musicales, installatives, architecturales, immersives, participatives). Nous examinerons notamment un certain nombre de démarches (comme celles de Georges Brecht et de Lawrence Weiner, par exemple) où le seul énoncé textuel de l’œuvre supplée à la réalisation matérielle de celle-ci, dès lors que l’artiste affranchit cet énoncé de toute nécessité d’exécution. Nous verrons ainsi comment s’est opéré avec l’art contemporain une transformation du discours sur l’œuvre en un discours comme œuvre.

C’est la notion d’ekphrasis (la description d’œuvres d’art), considérée à titre de forme discursive et de genre littéraire ouvrant aux possibles de la rhétorique et de la fiction, qui constituera le fil conducteur de cette enquête. Empruntant à l’histoire de l’art, à l’esthétique, aux études littéraires et à la philosophie du langage, le séminaire analysera la description d’œuvres selon une perspective résolument interdisciplinaire, en montrant comment les enjeux du genre séculaire de l’ekphrasis sont aujourd’hui relancés par de nombreuses pratiques qui dessinent une intersection féconde entre arts visuels, création littéraire et arts vivants. Procédant par va-et-vient entre littérature et arts visuels, texte et image, œuvre et document, narration et description, contraintes de la référence et libertés de la fiction, le séminaire accordera une attention particulière aux formes et aux fonctions du texte dans l’art moderne et contemporain, des années 1960 à aujourd’hui. Les pratiques d’Alphonse Allais, Yoko Ono, Robert Smithson, Sophie Calle, Kelly Mark ou Martin Creed, ou encore la performance, les expositions vides ou les œuvres-énoncés prenant la forme de néons, pour ne nommer que celles-là, sont autant d’exemples des productions qui seront abordées.

Doctorat en études pratiques des arts

Interdisciplinaire et mettant en valeur la création, le doctorat en Études et pratiques des arts [DEPA] vise à susciter une interaction entre les pratiques et les théories artistiques actuelles. Seul programme offert en langue française en Amérique pour les arts visuels, le design et la danse, il fait place à la recherche, à la recherche-création ainsi qu’à la recherche-intervention. Ouvert à toute forme d’art, il accueille tout autant des projets en architecture, arts médiatiques, cinéma, histoire de l’art, littérature, musique ou théâtre.

Suivez-nous

Coordonnées

DÉPA - UQAM

doctorat.arts@uqam.ca

Pavillon des sciences de la gestion, local R-4156
315, rue Sainte-Catherine Est
Montréal (Québec) H2X 3X2